top of page

Retour sur le séjour de deux élèves japonaises au lycée


« Bonjour!

Je suis Miyuka SHIBAZAKI. Je suis lycéenne japonaise et j’ai 17 ans.

J’apprends le français depuis cinq ans. Je trouve qu‘apprendre le français est très difficile mais c’est intéressant. Dans mon lycée Caritas on peut étudier l’anglais ou le français en première langue étrangère. Au japon, c’est rare que les lycéens puissent étudier le français. Au cours de mon séjour de deux semaines en France, j'ai fait beaucoup de découvertes. Par exemple, les écoles françaises sont plus animées que les écoles japonaises. En France, tout le monde lève la main et pose des questions pendant les cours. C'était impressionnant que des professeurs enseignaient aussi avec bonheur. J'étais heureuse que tous les étudiants m'aient gentiment parlé bien que je sois étrangère. J'ai été surprise de prendre du pain à mains à la cantine. Au Japon, les pinces sont également utilisées dans les cantines. J'ai également été surpris que les étudiants fumaient et qu’on puissent conduire même s'ils buvaient un peu en France. Quand j'étais dans le bus, il y avait vraiment des gens de différentes nationalités et c'était intéressant. Chloé, ma famille d'accueil, m'a dit que les sushis français ont beaucoup de riz et moins de poisson, mais c'était vrai. Je pense que le Japon est un pays merveilleux, mais c'est un peu difficile à vivre. C'est parce que les règles sont strictes et que les gens sont trop sérieux. J'aime la tolérance des Français pour diverses choses. J'aime les gens qui vivent à La Rochelle parce qu'ils sont toujours souriants et gentils. Je suis heureuse d'être venue à La Rochelle. »



« Je suis Hana WATANABE, venue du Japon pour un séjour de deux semaines chez ma famille d’accueil française.

C'était la première fois que j'étudiais à l'étranger et je n'ai étudié le français que pendant environ un an.

Donc, j'étais très inquiète de savoir si je serais capable de bien communiquer en français, quel genre de personnes ma famille d'accueil serait et si je serais capable de changer d’avions.

Quand je suis arrivé saine et sauve en France, j'ai été très soulagé de voir ma famille d'accueil et Mme Furihata. Après être rentrée à la maison, j’ai donné à ma famille d’accueil et à ma correspondante des souvenirs japonais et ils étaient très heureux. J'étais inquiète pour la communication, mais j'ai pu utiliser non seulement le français, mais aussi le japonais et l'anglais.

Lors de mon premier jour au lycée, j'ai trouvé de nombreuses différences par rapport au lycée au Japon. Il n'y avait pas d'uniformes scolaires, toutes les classes étaient mobiles, il n'y avait pas de lunettes de toilette, les hommes et les femmes s'entendaient très bien, et bien d'autres choses. La meilleure chose à propos de mon séjour en France, c'est que tout le monde m'a accueilli avec un beau sourire. Tous les étudiants sont très gentils et ils m’ont tous bien accueillie.

Et le problème que j'ai eu après mon arrivée au lycée en France, c'est que je ne pouvais pas lire le tableau noir. Le japonais n'est pas une langue alphabétique, il était donc très difficile de lire l'écriture cursive et de l'écrire dans un cahier, et je regrettais de ne pas l'avoir étudiée.

Pendant mes jours de repos, j'allais à La Rochelle pour voir des spectacles de danse, des aquariums, des châteaux, et même faire du shopping. C'est un moment très amusant et chaque jour est passionnant dans le paysage urbain de rêve. Beaucoup de gens m'ont aidé au cours des deux dernières semaines.

Et j'ai la chance d'avoir vécu une expérience aussi précieuse à La Rochelle et à L’Ile de Ré. C'était une courte période, mais merci beaucoup. Je reviendrai en France ! »



158 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page